Sourdurent

 Aussi inventif que novateur, Sourdure(nt) se décline en quartet pour revisiter les musiques de tradition auvergnate. Le groupe est accueilli en résidence au Rocksane, à Bergerac, du 21 au 25 mai 2019

L’entité Sourdure, jusqu’ici portée en solo par Ernest Bergez s’incarne désormais au pluriel et se décline à quatre pour devenir « Sourdurent ».
Ernest Bergez fait avec Sourdure - son nom de scène - l'un des projets électroniques les plus passionnants du renouvellement de la création musicale occitane. Depuis une dizaine d’année, il s’est façonné une approche radicale de la composition à partir des logiques du collage et du détournement. Entre musique concrète, psychédélisme et minimalisme, le violoniste et chanteur se focalise sur l'improvisation et la narration, en introduisant le hasard et la mémoire comme variables dans l'écriture musicale. S’inspirant des musiques traditionnelles du Massif Central et de toute l’Occitanie, Sourdure fabrique des hybrides sans âge et sans frontières.
Plus que jamais librement digéré, le répertoire traditionnel issu du Massif Central mute et s’hybride à des formes inventées. Cette fois l’instrumentarium s’amplifie et se diversifie : violon, luth, cabrette, banjo, percussions.
Sourdure en quartet, c’est Sourdure puissance quatre !

 

Ernest Bergez : voix, violon, électronique
Elisa Trebouville : banjo, percussions
Loup Uberto : luth, voix, percussions
Jacques Puech  : cabrette, voix