Menu
Interview
D'un festival l'autre

D'un festival l'autre

Le festival La Vallée, co-organisé par le CRAC de Saint-Astier et La Ligue de l’Enseignement se déroulera du 9 mai au 6 juin, impliquant onze communes de la Vallée de l'Isle. Le festival Brikabrak, porté par l’association Point Org se concentrera du 18 au 24 mai dans une commune du Périgord noir, Le Bugue. Ces deux festivals présentent des similitudes en termes de saisonnalité, de public et de programmation.
Agnès Garcenot, directrice du CRAC et Guilène Dolo, co-responsable de l’association Point Org ont bien voulu nous en dire plus. Entretien à trois voix.

Agence culturelle : Vos deux festivals présentent de nombreux points communs mais aussi quelques différences. Pouvez-vous en rappeler la spécificité ?

Agnès Garcenot / CRAC :  En 2015, durant quatre semaines, le festival propose aux habitants du territoire de la Dordogne et même au-delà, des rencontres ludiques autour de l'art et la culture aux travers de rendez-vous imaginés avec les communes partenaires du festival. Spectateurs, acteurs, chacun participe à un véritable "projet de vie" construit autour d'une programmation exigeante : vingt quatre compagnies professionnelles et une équipe d'artistes amateurs locaux.
L'objectif de ce rendez-vous : démontrer que l'action culturelle participe au "mieux vivre ensemble" et à un réel aménagement du territoire.

Guilène Dolo / Association Point Org : Brikabrak est un festival pluridisciplinaire, éloigné des lieux culturels, qui se déroule au Bugue, dans un magnifique cadre de verdure au bord de la Vézère. Traditionnellement, il consiste à proposer des spectacles pour les scolaires la semaine qui précède la Pentecôte et se termine par un week-end festif destiné à un public familial. Le festival, porté par notre association dont l’organisation est coopérative, repose sur une trentaine de bénévoles qui participent tout au long de l’année aux décisions et aux différentes tâches.
Toujours dense, la programmation propose cette année vingt-cinq représentations de cirque, musique, théâtre ou marionnettes, des ateliers gratuits pour les enfants mais aussi des moments conviviaux de partage et de rencontre. Une autre de nos particularités est de pratiquer des tarifs attractifs, voire la gratuité, en particulier pour les concerts en fin de soirée.

Agence culturelle : Quels en sont les enjeux en termes de diffusion territoriale ?

Agnès Garcenot : Les enjeux sont simples, favoriser les rencontres intergénérationnelles et les échanges sur un territoire donné, renforcer le lien social, s'approprier son territoire de vie, créer des espaces de concertation entre les élus et faire découvrir la richesse artistique actuelle.

Guilène Dolo : Notre objectif est de sensibiliser la population locale au spectacle vivant en proposant des spectacles de qualité. Notre rayonnement s’étend du Périgord noir à l’ensemble du département et s’élargit jusqu’aux départements limitrophes. Il prend en compte également les touristes qui visitent le patrimoine alentour en leur proposant une offre culturelle en famille, en dehors de la période estivale. Il est important que le département développe ses richesses tout au long de l’année.

Agence culturelle : Avec le recul, quel bilan faites-vous de son évolution jusqu’à aujourd’hui ?

Agnès Garcenot : En plus de 20 ans, le festival de la Vallée s'est vraiment affirmé comme un projet de vie qui fait partie de la mémoire collective du territoire. Les centaines de bénévoles, issus des communes rurales de ce territoire et les milliers de spectateurs qui, chaque année, attendent le mois de mai avec impatience nous démontrent leur attachement à cet événement. D'une commune en 1993, nous sommes passés à onze. Il est temps aujourd'hui de lui trouver un second souffle … c'est ce qui va se bâtir avec le soutien de tous nos partenaires financiers, des communes partenaires, des associations culturelles autour d'un CLEA (Contrat Local d'Education Artistique) qui permettra de vivre « La Vallée toute l'année »...

Guilène Dolo : Parmi les avancées, notre équipe de bénévoles ne cesse de s’étoffer et de rajeunir… Question fréquentation, nous avons atteint en 2014 près de 2500 spectateurs alors qu’en 2005 on en touchait 500. Ciblée jeune public au début, la programmation s’est élargie progressivement aux adultes avec des spectacles en soirée. Nous avons aussi ajouté au festival de Pentecôte un complément de programmation en cours d’année : Les P’tits plus de Brikabrak. Enfin depuis deux ans, nous avons ouvert le festival aux musiques actuelles afin d’attirer les jeunes entre 16 et 25 ans.

Agence culturelle : Comment se concrétise le partenariat de l’Agence culturelle cette année ?

Agnès Garcenot : L'Agence culturelle a chaque année été présente avec un soutien affirmé sur le jeune public plus particulièrement (plus de 4000 enfants accueillis sur le territoire durant le festival). Cette année, à côté du soutien à l'accueil de deux compagnies jeune public, L'arbre à vache et la Petite compagnie, nous nous retrouverons également sur l'accueil d'un spectacle tout public Voyage extraordinaire, une proposition de La grosse situation. Ce partenariat, à la fois artistique et technique affirme le lien étroit qui existe entre le festival et l'Agence culturelle avec qui des espaces de réflexion, d'échanges, de concertation sont également mis en œuvre au sein de Réseaunances.

Guilène Dolo : Le partenariat avec l’Agence culturelle sera exclusivement technique cette année. Ce soutien technique est très important pour nous car, rappelons-le, l’association ne dispose pas de salles équipées. Pour les besoins de Brikabrak, nous devons équiper en son et lumière une salle et deux chapiteaux. La mise à disposition de matériel et de techniciens par l’Agence culturelle s’avère donc très précieuse.

Partager

TwitterFacebook Périgord Occitan

Newsletter

Agence culturelle départementale Dordogne-Périgord, Espace culturel François Mitterrand, 2 place Hoche, 24000 Périgueux
tél. 05 53 06 40 00  -  Contacts email - Mentions légales - Connexion