Menu
Rétroviseur
De l'art pariétal au street art

De l'art pariétal au street art

Parmi les nombreux projets d’Education artistique et culturelle que L’Agence culturelle départementale impulse et coordonne en s'appuyant sur sa programmation, le projet De l’art pariétal au street art proposé cette année aux collèges est exemplaire à plus d'un titre.  Par sa pertinence thématique et sa multiplicité partenariale qui met en jeu plusieurs structures culturelles de la Dordogne dont le service départemental de l'archéologie et la Bibliothèque départementale de prêt, il se situe dans la continuité d'une initiative instaurée l'an dernier entre Canopé et le PIP autour de l'art pariétal, en élargissant le propos au street art (en savoir plus).
Jeudi 16 avril se déroulait une journée d’ateliers au collège du Bugue, terme d'un parcours qui gravitait autour du thème de la peinture murale.

Ce projet d’Education artistique et culturelle est né d’une idée qui couvait dans l’imagination de Yann Mallache, médiateur au service départemental de l’Archéologie et de Manuel Lorenzo, médiateur du patrimoine à l’Agence culturelle départementale : mettre en regard les peintures murales d’hier et d’aujourd’hui. Il ne manquait plus qu’une opportunité que l’exposition sur le street art, organisée en janvier dernier par l’Agence culturelle a fournie. La collection rare d'oeuvres prêtées par un spécialiste était complétée par des réalisations exposées par All boards Family, une association de culture urbaine locale qui animait parallèlement des ateliers de graff et sérigraphies.

Un projet à plusieurs entrées
Aborder l’art de ses origines à nos jours par le prisme du support mural, tel était l’objectif, note Manuel Lorenzo, coordonnateur du projet. Il s’est construit sous forme de parcours proposé à des classes de collège. Ce parcours offrait plusieurs pistes de travail et laissait chaque établissement libre de puiser dans le creuset des propositions pour élaborer son propre projet, poursuit-il. Parmi les sorties étaient suggérées des visites de l’exposition de street art Dédale, du Musée Vesunna à Périgueux, ou encore de la grotte de Lascaux. Il est à noter la participation active des animateurs de Vesunna dans ce projet dans le cadre des échanges riches mis en place entre l'Agence culturelle et la ville de Périgueux par le biais d'un "partenariat de compétences". C'est grâce à ce réseau d'acteurs et d'animateurs que nous pouvons développer des projets transversaux riches et variés, ajoute Manuel Lorenzo. Parallèlement, des ateliers assurés par Yann Mallache et son module pédagogique d’art pariétal, ainsi que des ateliers de graff avec l’intervention d’un artiste de All boards Family offraient un prolongement pratique.   
Le collège du Bugue, par son implantation géographique et son nom même « Leroi-Gourhan » en référence au célèbre ethnologue et archéologue, spécialiste de la Préhistoire, ne pouvait manquer de saisir l'opportunité. Il est l’un des six établissements à avoir répondu à cette proposition originale aux côtés des collèges de la Roche-Beaulieu, de Thiviers, de Terrasson, les collèges Bertran de Born et Laure Gatet à Périgueux.

Une équipe mobilisée
Avec un principal particulièrement dynamique et ouvert, Monsieur Bouzin, et un professeur d’arts plastiques très investi, Monsieur Stouff, les trois classes de troisième du collège Leroi-Gourhan ont pu suivre ce parcours avec visites de l’exposition Dédales, du  Musée Vesunna, participation à des ateliers de médiation et de préparation en classe, enfin vivre une journée intensive d’expérimentation.
Ce projet vient bousculer les habitudes et réclame un surcroît de travail reconnaît le professeur M. Stouff qui a passé du temps à faire des recherches pour la fabrication des pochoirs. Mais tout le monde au collège s’entend à reconnaître l'intérêt de cette initiative.Ce jeudi, le préau du collège est une fourmilière où se croisent élèves - les uns avec un pinceau enduit de pigment ocre, les autres, bombe aérosol en main et  masque sur le nez -, enseignants et  intervenants. Le principal a donné champs libre « d'orner » les parois du préau et les élèves arborent des mines réjouies. Ils auront au cours de cette journée pu découvrir le documentaire sur le street art Faites le mur de Bansky, s’initier aux techniques ancestrales de peinture avec Yann Mallache sur la paroi factice du module d’art pariétal et manipuler les bombes de couleur et les pochoirs avec Tony (dit Croner), membre de All boards Family.

Leur préau est désormais une mosaïque colorée et détonante d’inscriptions, de graffs actuels et de formes animales préhistoriques…trace laissée aux futures générations de passage.

Partager

TwitterFacebook Périgord Occitan

Newsletter

Agence culturelle départementale Dordogne-Périgord, Espace culturel François Mitterrand, 2 place Hoche, 24000 Périgueux
tél. 05 53 06 40 00  -  Contacts email - Mentions légales - Connexion