Menu
Interview
La culture au service du mieux-être

La culture au service du mieux-être

 Ana-Maria Uteau de Théâtre au Vent
Initiation au clown
Dans cette initiation au clown, j’ai fait en sorte d’avoir une approche la plus simple possible. Je considérais que le handicap ne devait pas être un frein. Je me suis occupée d'un groupe de 12 résidents de Trélissac. Il m'a fallu partir de ce qu'ils étaient, de leur réalité, être dans l’écoute la plus fine possible. J’ai veillé à être très attentive à ce qu’ils pouvaient donner, à leur manière de réagir et d’agir par rapport aux propositions que je leur faisais. J’ai proposé des exercices que j’ai évidemment adaptés à leurs capacités. Pour certains, la difficulté provenait surtout du corps. Certains se plaignaient de problèmes de dos. Les corps sont souvent lourds, en souffrance, abîmés. L’important a été de créer un espace de confiance. Au cours des séances, je les ai vus peu à peu oublier leurs douleurs, leurs inhibitions… A la fin, ils avaient même envie de sauter, de s’amuser, de se libérer. A travers le jeu et le rire, tout devient plus facile.
J’ai utilisé tout ce qu’ils ont donné dans l’improvisation pour écrire un petit spectacle qu’on a appelé La Balade des copains.
En tant qu’artiste, c’est une expérience très riche, qui ne peut que nourrir mon travail d'actrice. Parce qu'on est dans l’humain, dans la sincérité, face à une réalité qui, comme d'autres, vient remettre les pendules à l’heure…

Maël Parentaud, Nicolas Boudet des Arts Nonymes
Jonglerie et manipulation d’objets
Avec les résidents, on a vraiment fonctionné au « ressenti ». La relation s’est créée très vite. On a cherché à les mettre en sécurité et en retour ils nous ont ouvert leur espace et leur sensibilité. Ils étaient très en attente de ces ateliers et leur implication a été totale. On a commencé à pratiquer avec la boule d’équilibre qui a permis un travail collectif à partir d’un grand volume. Après ce travail riche en observations mutuelles, on est passé aux manipulations d’objets. Au final, plutôt qu’une restitution conventionnelle, nous avons tenté de relier entre elles toutes les émotions qui émergeaient, en y intégrant nos interventions plus techniques de jonglerie.
 On parvient à un véritable spectacle sous chapiteau dans l’esprit du cirque traditionnel même si notre esthétique relève plutôt du cirque contemporain.

Claudette Lefèvre, Directrice-Adjointe des Résidences-de-l’Isle
Le cirque a été le fil rouge de toute l’année. Les résidents déjà sensibilisés pour certains par des contacts ou une semaine à thème autour du cirque ont été sollicités pour participer au projet Quel cirque ! en désignant la discipline de leur choix : ils ont optés pour mime, clown, jonglerie ou équilibre. Ce projet fédérateur va rassembler sur la piste une trentaine de résidents auxquels se joindront les artistes professionnels et les éducateurs, tous sur scène. Mais beaucoup d’autres usagers sont impliqués à travers des ateliers terre, pastel, aquarelle, théâtre, dont les réalisations seront exposées à cette occasion.
Cela a aussi permis de renforcer la rencontre entre les résidents des différents services. Les intervenants ont joué avec la diversité des profils en tenant compte des capacités de chacun. C’est au fond une belle rencontre humaine qui aura mis en relation les artistes amateurs que sont nos résidents, les éducateurs et les artistes professionnels. Une expérience que l’on a très envie de poursuivre l’année prochaine d’une manière ou d’une autre avec Ana-Maria Vénegas-Uteau, Maël Parentaud et Nicolas Boudet.


Un nouvel appel à projets est désormais en ligne, il concernera les foyers de personnes handicapées.


 

Partager

TwitterFacebook Périgord Occitan

Newsletter

Agence culturelle départementale Dordogne-Périgord, Espace culturel François Mitterrand, 2 place Hoche, 24000 Périgueux
tél. 05 53 06 40 00  -  Contacts email - Mentions légales - Connexion