Menu
Interview
 Emma Lewis et Hélène Rocheteau dans "Monde Imagination" Emma Lewis et Hélène Rocheteau dans "Monde Imagination" © Eric Oberdorff

Monde Imagination

Créé à La Force en décembre dernier à l'issue d'une résidence qui s'est déroulée à La Gare Mondiale (Bergerac), Monde Imagination est un projet au long cours qui a été élaboré par étapes successives. Le chorégraphe nous éclaire sur ses intentions.

A l'occasion de l'accueil à Saint-Astier et Excideuil de cette création musico-chorégraphique, soutenue par l'Agence culturelle départementale, des projets d'Education artistique et culturelle ont été mis en place avec les collèges de La Roche-Beaulieu, de Neuvic, de Montpon-Ménestérol et de Lanouaille. (voir encadré).

 Agence Culturelle : Monde Imagination est un spectacle qui s’est construit en plusieurs phases. A quel moment de ce projet avez-vous été sollicité pour en assurer la chorégraphie et qu’est-ce qui vous a séduit dans cette proposition ?
Eric Oberdorff : Depuis quatre ans, l’auteur-compositeur Anthony Bacchetta mène des ateliers d’écriture et d’enregistrement en milieu carcéral. Il a commencé à composer des morceaux à partir de cette matière en collaboration avec la guitariste et chanteuse Delphine Barbut. Puis il s'est dit que cette matière musicale pouvait à son tour servir de point de départ à une pièce chorégraphique. Et il m'a donc invité à venir inventer avec lui ce projet en Dordogne.

A.C. : Ce spectacle prend appui sur des paroles de détenus. Qu’avez-vous retenu de ces témoignages collectés ? Et comment ont-ils été traités ?
E.O. : Les témoignages collectés sont traités essentiellement dans la bande son de la pièce et de plusieurs manières différentes : sous forme de textes utilisés, sous forme de voix enregistrées, sous forme de sources d'inspiration pour des compositions.
Mon travail a consisté à effectuer, parmi les morceaux proposés par Anthony et Delphine, une sélection cohérente pour l'écriture dramaturgique de la pièce. Certains morceaux écartés sont vraiment magnifiques mais il n'était pas pertinent de les utiliser dans ce cadre.

A.C. : Comment aborder pour un chorégraphe la réalité de l’enfermement carcéral ?
E.O. : A aucun moment il ne s'agit d'être figuratif ou de "raconter" une histoire. Tout passe par les états de corps et une mise en scène précise dans un dialogue constant avec une musique électrisante et les textes poignants des détenus. Pour cela, je m'appuie sur les émotions exacerbées que peut ressentir un homme ou une femme étant placé dans cet environnement particulier : enfermement, promiscuité, relation à soi et à l’autre, isolement, espace confiné, perte de la notion de temps, etc.

A.C. : Vous avez pris l’option de recourir à deux danseuses. Qu’est-ce qui explique ce choix ?
E.O. : Il y a deux raisons essentielles à ce choix : dès les premières réflexions sur le projet, il m'a semblé indispensable d'éviter l'écueil des clichés véhiculés par l'univers carcéral masculin. Or, notre mémoire collective est saturée d'images sur ce sujet, que ce soit à travers les films, les séries télévisées, les livres, du Comte de Monte-Cristo à Prison Break en passant par Papillon, les romans d'Edward Bunker, etc. Par ailleurs, j'ai conduit des ateliers chorégraphiques pour des détenues du quartier femme de la Maison d'Arrêt de Nice. Cette expérience a permis de nourrir directement la pièce.

A.C. : En quoi cette création rejoint-elle les préoccupations de la Compagnie Humaine ?
E.O. : Depuis sa création en 2002, la Compagnie Humaine rassemble en son sein des artistes de tous univers avec lesquels elle développe des projets pluridisciplinaires. Nous créons ensemble des pièces aux thèmes universels mettant l’humain au coeur de la création.
Monde imagination s'inscrit donc parfaitement dans cette lignée. Cette pièce est le troisième volet de TRACES, cycle de cinq créations que j'ai imaginé sur trois saisons, de 2013 à 2016, avec pour thématique centrale la trace, le souvenir, la mémoire, et leur impact sur notre identité et notre parcours.

PROJETS D'EDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE
A Annesse-et-Beaulieu, Neuvic et Montpon-Ménestérol
Suite aux ateliers musique menés aux collèges de la Roche-Beaulieu et de Neuvic  par Anthony Bacchetta et aux ateliers danse animés au collège de Montpon-Ménestérol par Sophie Dales, une journée de restitution et d'échanges aura lieu mardi 31 mars à Neuvic, le matin, et à Saint-Astier l'après-midi, avant la représentation de Monde Imagination le soir à 20h30.

Déroulé de la journée
Centre multimédia de Neuvic   
- de 10h à 10h30 : projection du film Corpus Fugit réalisé par Eric Oberdorff en milieu carcéral et échange avec l'artiste
- de 10h30 à 12h : restitution des ateliers avec les collégiens suivis d'un échange

Centre culturel de Saint Astier
- de 14h à 15h : répétition publique de la compagnie Humaine
- de 15h à 18h atelier danse animé par Sophie Dales pour les élèves de Montpon
- à 20h30 : spectacle Monde Imagination de la compagnie Humaire en présence des groupes de collégiens

A Lanouaille
Une classe du collège de Lanouaille inscrite dans un projet Chorépass bénéficiera de trois heures d'atelier avec le chorégraphe Eric Oberdorff et se rendra à deux spectacles de danse dont Monde Imagination.

Mise en scène, chorégraphie et scénographie :  Éric Oberdorff / composition et interprétation musicale Anthony Bacchetta, Delphine Barbut / textes : Anthony Bacchetta, détenus du Centre de Détention d’Aiton et de la Maison d’Arrêt de Gradignan ayant participé aux ateliers d’écriture Monde Imagination / interprétation chorégraphique : Emma Lewis, Hélène Rocheteau / lumières Frédéric Valet 

Production déléguée : Compagnie Humaine 
Coproduction : Zone Franche, Agence culturelle départementale Dordogne-Périgord, Melkior Théâtre/La gare mondiale résidences de recherche et de création Melkior Théâtre/la gare mondiale avec le soutien de l’Agence culturelle départementale Dordogne-Périgord, Vo’Arte/Soudos–Espaço Rural de Artes du réseau européen Studiotrade avec le soutien de l’Institut français et du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur ateliers en milieu carcéral réalisés avec le soutien de SPIP Savoie/DRAC Rhône-Alpes, SPIP Gironde/Mission Locale Technowest/ACSMA

Partager

TwitterFacebook Périgord Occitan

Newsletter

Agence culturelle départementale Dordogne-Périgord, Espace culturel François Mitterrand, 2 place Hoche, 24000 Périgueux
tél. 05 53 06 40 00  -  Contacts email - Mentions légales - Connexion