Menu
Interview
Freed Worms / quatuor Physalis : quand les genres s'emmêlent

Freed Worms / quatuor Physalis : quand les genres s'emmêlent

1/ Après avoir joué dans des groupes de punk rock et de punk-hardcore, vous êtes revenu vers une formule acoustique, d’abord en solo et puis en y ajoutant récemment la rencontre avec un quatuor à cordes. Qu’est-ce qui a motivé ce tournant artistique ?

Depuis mes premiers pas de musicien, j'ai toujours composé des morceaux plus doux en acoustique, en parallèle de la composition de morceaux électriques violents et énervés. Ce sont pour moi les deux faces opposées de la même pièce. En 2010, j'ai décidé d'enregistrer et de sortir un album avec certaines de mes compositions acoustiques, pour en avoir une trace et diffuser cet album via le label dont des amis et moi nous occupions à Reims à l'époque. On m'a rapidement proposé des concerts. Je n'avais pas du tout prévu de faire de la scène avec ce projet, puis finalement j'y ai pris goût et c'est aujourd'hui le projet musical qui m'occupe le plus. Il n'y a pas vraiment eu de tournant artistique, je suis d'ailleurs batteur/choriste dans le groupe de punk rock Snappy Days qui sortira son premier album en 2018.

2/ Qu’est-ce qui caractérise votre univers musical aujourd’hui, autant dans les textes que dans la musique ?

L'écriture des textes s'est affinée au fil de la pratique, mais fondamentalement, il s'est toujours agi de textes réalistes, avec une forte conscience sociale, dans un style que j'aime qualifier de punk poétique. De plus en plus, la forme s'apparente à des courts métrages dans lesquels les émotions et les images visent à partager un moment intense avec l'auditeur tout en l'invitant après écoute à un moment de réflexion, à une prise de recul sur un fait social.
Ce qui peut être frustrant dans la composition musicale punk rock, c'est que les textes, aussi brillants soient-ils, sont relégués bien loin derrière le mur de son des instruments, et ils sont souvent inintelligibles en live. Composer et interpréter en acoustique permet de mettre en valeur à la fois la musique et texte.
Musicalement, il y a plein de choses qui m'influencent. Ça va de Schubert à NoFX, en passant par Renaud, Nina Simone, Gorod, Lagwagon, Antoine Dufour ou Nirvana. Le fil conducteur de mes chansons serait la guitare folk et la voix. Une fois ces deux jalons posés, ça peut partir dans tous les sens en terme d'esthétique musicale.

3/ Quels ont été les apports du quatuor Physalis ? Cette fusion a-t-elle modifié votre manière de composer ?

J'écoute de la musique classique entre autres, et je me suis toujours dit qu'il pourrait être intéressant et enrichissant de proposer une forme de spectacle Freed Worms avec des arrangements de musique de chambre. Après avoir rencontré Physalis, nous avons décidé de travailler ensemble sur mon répertoire, d'abord en studio, puis en répétition, puis sur scène, avec donc un piano, un violon, un alto et un violoncelle, en plus de mes habituels chant, guitare, stomp et sampler. Cette fusion a apporté une dimension plus épique, plus intense, plus riche aux morceaux. Nous avons revu les tempos, créé les lignes de chaque instrument de manière à servir au mieux l'émotion décrite, l'ambiance d'un passage précis ou l'atmosphère générale d'un morceau. Il existe désormais deux versions du répertoire Freed Worms : l'une est très épurée, avec juste guitare et chant, les chansons sont dans leur forme brute, nue ; et l'autre est magnifiquement habillée, enveloppée de matériaux très riches. Les deux exercices sont très plaisants, et très différents. Cette fusion a peut-être légèrement influencé ma manière de composer dans le sens où j'essaie de laisser davantage de respirations musicales entre deux salves de chant, ce qui permet à mes comparses de s'exprimer pleinement.

4/ Vous bénéficiez du dispositif Boost. En quoi cet accompagnement vous est-il utile ? Que vous-a-t-il permis de réaliser ?

Le projet Freed Worms a été retenu par le jury de BOOST effectivement. Ceci nous apporte une meilleure visibilité dans les réseaux culturels en Nouvelle-Aquitaine, nous espérons trouver plus de diffusion de notre spectacle grâce à ça. D'autre part, ce dispositif nous permet d'avoir accès gracieusement aux locaux de répétitions et d'enregistrement de la Filature à Périgueux, de faire une résidence au Rocksane à Bergerac pour roder le spectacle avant les concerts estivaux. Nous allons réaliser un EP (4 à 5 nouvelles chansons guitare, chant, piano, alto, violoncelle, violon) au printemps, au studio d'enregistrement de la Filature. Cet EP accompagné d'un beau dossier de presse devrait nous permettre de faire des démarches et de trouver de nouveaux lieux de diffusion.

5/ Quels sont vos projets à venir ?

Pour toute l'année 2018, il va s'agir de faire la promotion du 3ème album de Freed Worms « Naked » qui sort le 18 février prochain. Radio, presse, internet, concerts, tous les moyens seront bons. Je suis dans toutes ces démarches actuellement. C'est épuisant et pas très musical, mais ça fait aussi partie du taf de petit artiste indépendant. Mon tourneur allemand prépare une cinquième tournée en Allemagne et Europe du Nord pour l'automne 2018, qui se fera en partie en solo, en partie avec le quatuor. Je prépare également une tournée en France pour l'été et l'hiver 2018.

plus d'infos : www.freedworms.com

Freed Worms / Quatuor Physalis
Samedi 20 janvier - 20h30
Saint-Sulpice d'Excideuil
Rens. 05 53 57 71 51
En partenariat avec le Communauté de communes Isle Loue Auvézère

Informations complémentaires : 

# Le dispositif Boost a pour objectif d'accompagner des artistes émergents de la scène des musiques actuelles départementale. Il est piloté conjointement par la SMAC Dordogne (Le Sans Réserve à Périgueux, le Rocksane à Bergerac) et l'Agence culturelle. Il a vocation à soutenir un ou deux groupes durant une période d'un an, en s'appuyant sur quatre axes : la formation, l'accueil en résidence, le conseil administratif et juridique, le soutien en communication. En 2017/18, deux groupes So Lune et Freed Worms/quatuor Physalis ont été retenus pour en bénéficier.

Partager

TwitterFacebook Périgord Occitan

Newsletter

Agence culturelle départementale Dordogne-Périgord, Espace culturel François Mitterrand, 2 place Hoche, 24000 Périgueux
tél. 05 53 06 40 00  -  Contacts email - Mentions légales - Connexion