Menu
Focus
Les veilleurs : En attendant le petit poucet

Les veilleurs : En attendant le petit poucet

La compagnie Les Veilleurs installée sur le territoire rhônalpin porte des créations théâtrales pour l’essentiel adressées au jeune public. Elle défend des textes d’auteur contenant une dimension poétique et politique au sens large. En attendant le petit poucet, sur un texte de Philippe Dorin, constitue le premier volet du diptyque Migrations [ passer et demeurer ], qui questionne la notion de la migration et sonde les raisons du départ. L'Agence culturelle départementale soutient cette jeune compagnie  en coréalisant l'accueil du spectacle avec le Centre culturel de Terrasson en décembre et en l'intégrant à son programme SPRING au printemps prochain, avec six représentations.

A.C. : Vous avez choisi de mettre en scène le texte de Philippe Dorin En attendant le Petit Poucet ? Pourquoi ce texte vous a-t-il inspiré ?
E.Le.R.: Je voulais trouver un texte qui permette d’ouvrir une discussion sur les migrations et l’immigration avec les plus jeunes. Les images terribles que les médias ont véhiculées au cours de l’été 2015, n’ont fait que précipiter cette nécessité de poser des mots sur ces morts s’échouant sur les plages comme sur les vivants sillonnant les routes européennes. Je voulais que nous réfléchissions ensemble à ces gens. Qui sont-ils ? Ont-ils choisi d’être ici ? Ont-ils choisi d’être en route ? Pourquoi ? Quelle est leur détresse ? Pourquoi les accueillir chez nous ? Mais qu’est-ce que chez nous ? Un pays ? Une nation ? Si migrer, c’est passer les frontières, quelle est la nature de ces frontières ? À quoi servent-elles ? Toutes ces questions couvrent des champs juridiques, éthiques, philosophiques et anthropologiques. Comment ouvrir cette discussion avec les plus jeunes ? En nous menant sur des routes symboliques, le texte de Philippe Dorin nous offre une entrée par la poésie et le sensible.

A.C. Le parti-pris de la mise en scène est de créer une visualisation de l’idée de cheminement. Quelle était votre intention au juste ?
E.Le.R. : Ce projet est né d’une commande du Théâtre de la Ville [Paris], de la SACD et du Festival Petits & Grands [Nantes] dans le cadre d’un programme nommé Les Inattendus. Cette commande présentait un défi scénographique puisque nous devions allier notre envie de créer l’espace symbolique qu’appelle le texte de Philippe Dorin avec les contraintes des Inattendus : autonomie technique, espace maximum de 8X10m, temps de montage réduit, une jauge limitée. Le choix du bi-frontal s’est imposé à nous comme moyen de focaliser le regard des jeunes spectateurs pour que l’histoire de ces deux personnages en errance puisse se raconter tout en nous permettant une interprétation assez intimiste du texte.
La scénographie est pensée comme un castelet à l’horizontale qui intègre nombre de petits accessoires et une mini-machinerie. Cette petite magie théâtrale prend en charge la dimension onirique et symbolique de la pièce qui permet à chacun de choisir la distance qu’il a besoin de prendre ou non avec cette histoire et avec la réalité qu’elle recouvre.La dimension chorégraphique dessinée par Adéli Motchan vient accompagner ce théâtre d’images, les corps prenant en charge les paysages comme autant de décors. Sur ce chemin symbolique de l’exil, la foi en l’humain et dans le sens de l’existence s’amenuise souvent. Il faudra attendre la fin de la pièce pour que le chemin s’ouvre et que la lumière se fasse autrement sur un espace qui, subitement, s’est entièrement transformé.

A.C. :Le spectacle s’empare d’un sujet sociétal : l’exil, la migration. Quel est selon vous le rôle de l’art théâtral dans la prise conscience du jeune enfant ?
E.Le.R. : J’aime citer le poète Laurent Marielle-Tréhouart qui dit que l’artiste se fait « l’écho d’un monde dans lequel il ne se reconnaît pas ». Nous choisissons de travailler sur des textes poétiques qui sont au confluent de l’intime et du politique. Notre rôle est donc surtout celui de rouvrir des questions éthiques sur l’espace public dans le temps long qu’est celui de la représentation théâtrale.
Nous défendons l’idée d’un théâtre tout public à partir du plus jeune âge. En attendant le Petit Poucet s’adresse donc à tous à partir de 6 ans. La seule responsabilité que nous nous donnons dans cette adresse au jeune public est que l’on peut tout dire à l’enfant, sans jamais le désespérer et que l’on ne doit pas lui enlever l’idée qu’il a en lui de quoi grandir.

 

Voir le teaser

Dimanche 3 décembre - 16h30
Salle des fêtes
Terrasson
Renseignements : 05 53 50 13 80

Avec :
Kim Laurent
Jonathan Moussalli

Chorégraphie :
Adéli Motchan

Assistanat mise en scène :
Fanny Duchet

Accompagnement artistique :
Laëtitia Le Mesle

Création lumière :
Éric Marynower

Création musicale :
Roberto Negro [piano]

Scénographie :
Tristan Dubois
Éric Marynower

Partager

TwitterFacebook Périgord Occitan

Newsletter

Agence culturelle départementale Dordogne-Périgord, Espace culturel François Mitterrand, 2 place Hoche, 24000 Périgueux
tél. 05 53 06 40 00  -  Contacts email - Mentions légales - Connexion