Menu
Interview
détail de l'affiche du festival 2017 réalisée par Edmond Baudoin détail de l'affiche du festival 2017 réalisée par Edmond Baudoin

La BD à l'honneur

Membre de l'Amicale laïque de Bassillac depuis 1981, Robert Druillole en est aujourd'hui le Vice-prédident, chargé de l'organisation générale du festival. Soutenu par une équipe de bénévoles, ce festival a pris de l'ampleur et fait parler de Bassillac bien au-delà des frontières du département. Témoignage.

Agence culturelle : Le festival de la BD de Bassillac en est à sa 28 ème édition. Comment a-t-il évolué et quel bilan peut-on établir aujourd’hui?

Robert Druillole
Depuis quelques années, les organisateurs réfléchissaient à faire évoluer la formule ''salon BD'' vers celle d'un festival associant plusieurs disciplines artistiques. Depuis 2016, le salon est devenu festival avec l'ouverture de partenariats : Agence Culturelle départementale (arts graphiques), Sans Réserve (musique et BD), Ciné-Passion (cinéma), médiathèques de Trélissac et Boulazac (expositions), bibliothèques de communes rurales en lien avec la Bibliothèque Départementale de Prêt. En même temps, des rencontres auteurs/public ont été organisées le week-end du festival afin de rapprocher les visiteurs du monde des artistes BD en faisant mieux connaître leur travail.

A.C. : Quelle sont les contours de cette nouvelle édition ?

R. D. : Nous avons l'ambition modeste de réitérer les nouvelles expériences de l'an passé afin de les ancrer durablement dans la configuration du festival. Il y aura donc de nouveau une soirée concert le vendredi au Sans Réserve, une magnifique exposition sur l'oeuvre de Baudoin à l'espace culturel François Mitterrand à Périgueux, une exposition « patrimoine » aux Archives départementales consacrée à l'un des précurseurs de la bande dessinée, Benjamin Rabier, des animations proposées dans plusieurs salles du réseau Ciné-Passion... Et toujours, de nombreuses interventions d'auteurs dans les établissements scolaires, des dédicaces avec la cinquantaine d'auteurs présents tout au long du week-end, des conférences-débats... Avec comme seule consigne cellede la convivialité !

A.C. : Qu’est-ce qui a motivé l’initiative d’un tel festival dans la commune de Bassillac ?

R. D. : A l'origine, en 1989, l'Amicale Laïque de Bassillac souhaitait organiser une manifestation qui s'adresse aux enfants de l'école de Bassillac pour les rapprocher du livre et de la lecture. La première édition du salon était en fait une demi-journée autour du livre et de la lecture organisée dans la commune avec la participation de l'écrivain Claude Michelet. Le festival du Livre de Brive existant déjà et se situant à peu près aux mêmes dates, il a été décidé d'organiser un salon mettant en valeur la bande dessinée. Et c'est ainsi que d'année en année, avec des évolutions permanentes, on en est arrivé au festival d'aujourd'hui dont l'une des grandes caractéristiques reste le programme destiné aux scolaires du département, de l'école maternelle jusqu'au lycée.

A.C. : Depuis quelques années, les partenariats se sont élargis et l’Agence culturelle accueille cette année dans ses murs l’invité d’honneur 2017, Edmond Baudoin. Qu’est-ce qui a présidé au choix de cet artiste ?

Nous nous efforçons de proposer chaque année au public un choix d'auteurs qui soit le plus représentatif possible du monde de la Bande Dessinée, qu'il s'agisse des genres traités (histoire, humour, policier, histoire, roman graphique, science-fiction, héroïc-fantasy, etc...), des maisons d'édition ou encore de la mondialisation de la BD. Il en va de même pour le choix de l'invité d'honneur. Bien sûr, nous profitons des opportunités qui peuvent se créer avec tel ou tel auteur, telle ou telle amitié liée qui permet d'ouvrir des portes. Nous souhaitions cette année, après avoir accueilli l'an passé le créateur des Légendaires, Patrick Sobral, qui s'adressait essentiellement eu jeune public, un auteur évoluant dans un univers totalement différent. Un auteur emblématique du Neuvième Art, à la démarche singulière et au graphisme unique. C'est totalement réussi avec Baudoin ! Au-delà de son talent, de la qualité et de la densité de son œuvre, il fait preuve d'une grande disponibilité pour les rencontres et les sollicitations liées au statut d'invité d'honneur. Edmond Baudoin est très connu des bédéphiles, un peu moins sans doute du grand public. Nous sommes persuadés que celle et ceux qui, parmi le public périgourdin, ne le connaissent pas encore, vont rapidement mesurer toute l'étendue de son talent et la force de ses albums !

A.C. : Qu’est-ce que ce festival apporte à la dynamique locale ?

R. D. : Ce festival est l’événement qui a apporté à la commune de Bassillac sa renommée et son rayonnement au-delà des frontières du département. Le festival, dans son organisation, privilégie la fourniture de produits locaux et s'approvisionne auprès des commerces de proximité. Les soutiens logistiques et financiers indispensables de plusieurs partenaires institutionnels (Etat, Région, Département, Commune, Grand Périgueux...) participent aussi à cette dynamique. Il y a donc une dimension économique importante. Mais ce qu'apporte d'abord le festival est plus délicat à quantifier : il s'agit d'accès à la culture, de découverte de nouveaux univers artistiques, d'éveil à la richesse de la bande dessinée, de rencontres humaines et d'émerveillement... Sans doute est-ce ce qu'il a de plus précieux dans ce que nous proposons au public, aux enfants comme aux adultes !

A.C. : Etes-vous de ceux qui considèrent la bande dessinée comme le 9ème art ? Si oui, pour quelles raisons ?

R. D. : Cette appellation de 9ème art attribué à la bande dessinée est relativement récente. Elle a été ''inventée'' en 1964 par le dessinateur Morris, père de Lucky Luke, qui avec Pierre Vanker réalisaient une rubrique ''Histoire de la bande dessinée'' dans le journal Spirou.
On peut effectivement considérer que la BD est un art à part entière, bien que pendant longtemps elle ait été considérée comme un art mineur par les institutions, voire interdites dans les établissements scolaires pendant longtemps. Aujourd'hui, la diversité des graphismes, des thèmes traités et des techniques utilisées justifie totalement l’appellation de 9ème art. D'ailleurs, les planches originales d'auteurs BD sont entrées dans les musées, de grandes expositions internationales sont consacrées à l’œuvre de dessinateurs et le prix des planches et dessins originaux fait l'objet d'une spéculation sans cesse en évolution comme pour les peintures, les manuscrits ou les partitions originales de musiciens.
Non seulement la Bande Dessinée est un art à part entière, mais elle est de toute évidence l'un des arts les plus complets, alliant dessin, peinture, virtuosité graphique, art de l'éllipse, littérature, recours aux techniques cinématographiques !

Rétrospective Edmond Baudoin
Du 16 septembre au 15 octobre à l'Espace culturel François Mitterrand.
Entrée libre du mercredi au vendredi de 13h à 17h. Le samedi de 14h à 18h. Ouverture exceptionnelle dimanche 15 octobre de 14h à 18h.
Dévernissage vendredi 13 octobre à 18h.
Visite commentée tous les samedis à 14h.
Accueil de groupes du mardi au vendredi de 9h à 17h (gratuit sur réservation)

Partager

TwitterFacebook Périgord Occitan

Newsletter

Agence culturelle départementale Dordogne-Périgord, Espace culturel François Mitterrand, 2 place Hoche, 24000 Périgueux
tél. 05 53 06 40 00  -  Contacts email - Mentions légales - Connexion