Menu
Interview
Installation "Prêles et frêle" de Christophe Gonnet / Queyssac / épHémères 2015 Installation "Prêles et frêle" de Christophe Gonnet / Queyssac / épHémères 2015 © Agence culturelle

épHémères #6 : l'Art en liberté

Soutenue par l’Agence Culturelle, la Biennale épHémères invite à découvrir des artistes et des projets singuliers dans des lieux emblématiques de la moyenne vallée de Dordogne. Cette nouvelle édition inaugure de nouveaux lieux : la « ferme des sports » à Creysse, le château de Montréal à Issac, la maison de Montard à Lalinde, l’église de Verdon. Sont invités les artistes : Elvire Bonduelle, Christophe Doucet, Rainer Gross, Jean-François Noble, Laurent Perbos, Benoît Schmelz et Elsa Tomkowiak.

Agence Culturelle : Pourriez-vous présenter en quelques mots la biennale épHémères.

Annie Wolff : La Biennale épHémères est une manifestation de diffusion de l’Art Contemporain avec cette particularité : présenter l’Art Contemporain dans l’écrin du Patrimoine et mettre en valeur le Patrimoine par le biais de l’Art Contemporain, le temps d’un été en Périgord.

A.C. : Quelle est la mission première du projet ?

A.W. : C’est la diffusion de l’Art Contemporain, à la portée de tous. Nous avons choisi de placer l’Art dans des sites libres d’accès, sur la place publique, au sens générique du terme : l’art au bord de la rivière, dans un moulin, dans une église, près du barrage, de telle façon à ce que le passant découvre à la fois des œuvres d’Art d’aujourd’hui et l’histoire, parfois méconnue, du site où elles se trouvent.

A.C. : Comment ce projet est-il géré et financé ?

A.W. : La gestion et le financement sont deux choses bien différentes.
La gestion relève de la seule volonté des gens qui ont envie de bâtir et faire vivre le projet. Les idées ne manquent pas, l’énergie non plus et la passion du « faire ensemble » animent l’équipe des Rives de l’Art. Ensuite, se mettent en place des procédures administratives, relationnelles, artistiques gérées par plusieurs membres de l’association.
Le financement quant à lui est difficile car ce type de manifestation ne peut générer aucune recette. L’accès aux œuvres et au patrimoine est libre, il se prolonge durant trois mois sans aucune possibilité de "droit d’entrée"...
Donc le festival épHémères est complètement dépendant des subventions accordées par l’ensemble des Collectivités publiques : Conseil Régional, Conseil Départemental, Communautés de Communes et Communes. La DRAC et le partenariat avec l’Agence Culturelle permettent également la mise en place de cette manifestation.
épHémères bénéficie néanmoins, de financements privés qui varient selon les éditions et de l’intérêt que présentent les sites d’implantations des œuvres : des entreprises, des industries, des commerçants, voire des fondations choisissent de manière très variable de nous soutenir.

A.C. : De quelle manière se fait le choix des artistes et des lieux d’exposition?

A.W. : Le premier choix, est celui des sites qui offrent un intérêt historique, architectural, paysager mais aussi industriel ou insolite. Ces lieux varient selon les éditions d’épHémères: en dehors du Château de Monbazillac qui reste le point d’ancrage, les sites se renouvellent pour chaque édition.
Ensuite, il s’agit de de rechercher l’artiste dont l’œuvre sera susceptible de faire écho, de révéler, d’entrer en adéquation avec ce patrimoine.
C’est en allant visiter d’autres festivals, des expositions à travers la France, sur le net aussi, que je repère à la fois des productions et des démarches d’artistes intéressantes. Je contacte l’artiste en lui présentant la Biennale et le site qui, selon moi, peut lui convenir…
Environ huit mois avant le vernissage, l’artiste est invité sur place, en visite de repérage. Pratiquement, depuis 2009, les 37 artistes invités aux biennales épHémères ont tous validé le choix.
épHémères, c’est une rencontre artistique entre un lieu, un site et la créativité d’un artiste. Quand son travail croise l’histoire du site, l’un et l’autre se répondent, se font écho, résonnent ensemble.

A.C. : Quel type de public pensez-vous attirer ?

A.W. : Le public en passant, voit ces œuvres. On peut voir, parfois ne pas voir mais aussi s’intéresser…Les plus curieux pourront lire le panneau situé à proximité pour découvrir à la fois le pourquoi de l’œuvre installée à cet endroit, et des renseignements sur le lieu. L’ensemble du parcours artistique est aussi présenté avec d’autres artistes, d’autres sites à découvrir le long de cette vallée. Ces informations sont bien sûr relayées sur le net…
Nous ne cherchons pas à attirer un public particulier. L’art est là, pour tous. Le souci de diffusion, la plus large possible reste l’objectif premier de l’association.

A.C. : Pourquoi avoir choisi le terme d’éphémères pour qualifier cette manifestation ?

A.W. : éphémère, c’est l’opposé du durable mais aussi le nom d’un insecte volant au-dessus de la rivière. Apparu il y a plusieurs millions d’années, l’insecte éphémère est très particulier car il passe plusieurs années sous l’eau, subit de nombreuses mutations et n’apparaît au bout de ce cycle pour ne voler qu’une seule journée et se reproduire. Comme il ne peut se nourrir, il meurt. Néanmoins, et malgré sa fragilité, cet insecte qui est toujours présent de nos jours dans toutes les eaux douces du monde, est aussi un précieux indicateur de la pureté de l’eau.
Définition intéressante pour la Biennale épHémères…

Parcours Art contemporain et Patrimoine. Du 24 juin au 30 septembre.
Vernissage / découverte du parcours épHémère #6 : samedi 24 juin

10h : Départ du Château de Monbazillac. Circuit en covoiturage ou bus (pas de réservation)
1/ Issac, Château de Montréal : Benoît Schmeltz, Christophe Doucet
Pause repas : repas tiré du sac sous la halle
2/ Creysse : Laurent Perbos
3/ Tulières/Saint-Capraise : Jean-François Noble / Classe RCI Lycée des Métiers
4/ Lalinde : Elvire Bonduelle
5/ Verdon :Elsa Tomkowiak
6/ Château de Monbazillac : Rainer Gross
19h30 : Vernissage de la biennale en présence des artistes invités - Terrasse du Château

Informations complémentaires : 

contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Partager

TwitterFacebook Périgord Occitan

Newsletter

Agence culturelle départementale Dordogne-Périgord, Espace culturel François Mitterrand, 2 place Hoche, 24000 Périgueux
tél. 05 53 06 40 00  -  Contacts email - Mentions légales - Connexion