Menu
Interview
photo issue de la série EgoTour / 2016 photo issue de la série EgoTour / 2016 © Julien Lombardi

Interview Julien Lombardi

Julien Lombardi est un artiste qui fait de la photographie un outil d'investigation. Installé jusqu'au 30 juin au service du patrimoine de la ville, dans la maison La Boétie, il se penchera sur la thématique " De nouvelles lectures du patrimoine" spécifique à la ville de Sarlat.
il a bien voulu répondre à nos questions.

Agence culturelle : Vous avez été retenu pour effectuer un séjour de création à Sarlat. Comment pensez-vous aborder l’axe de recherche « De nouvelles lectures du patrimoine »  proposé par la Ville ?

Julien Lombardi : Très sincèrement, à ce jour, je ne sais pas comment je vais aborder cet axe de recherche et c’est ce que je trouve tout à fait excitant dans ce projet. Je ne connais pas la ville de Sarlat et je pense que c’est un avantage dans le cadre de ce séjour de création car il s’agit de conjuguer la pratique de ce lieu avec les problématiques qui traversent actuellement ma pratique artistique. Je ne veux pas imposer un point de vue mais être réceptif à la vision des personnes qui vivent ce territoire au quotidien, en faire une matière.

Agence culturelle : Vous avez fait de la photographie un instrument d’investigation visuelle. Qu’est-ce qui vous intéresse avant tout de montrer ?

Julien Lombardi : Dans l’ensemble de mes travaux, j’essaie d’offrir une réflexion sur ce qui traverse une localité, un espace défini mais aussi sur les spécificités du médium photographique. La photographie devient alors un moyen de questionner notre rapport aux images et un outil pour décortiquer une réalité que l’on finit par ne plus voir. Dans nos sociétés, on ne peut plus dissocier l’expérience des images qui en résultent et je tente de mettre cela en perspective pour en comprendre l'effet sur nos environnements, surtout dans une ville avec une forte fréquentation touristique.

Agence culturelle : Comment votre formation en ethnologie influence-t-elle votre travail artistique ?

Julien Lombardi : Avant tout en terme de méthodologie : l’enquête de terrain, les entretiens, les ressources documentaires sont autant d’outils qui me permettent d’appréhender les sensibilités qui composent une localité. Cela m’aide dans mon processus créatif car je peux me confronter à une multitude de points de vue, souvent opposés mais complémentaires. Ma pratique artistique n’a pas l’ambition de résoudre quoi que ce soit, elle repose sur l’intention de formuler la question la plus juste.

Agence culturelle : Avec la série « EgoTour », une de vos dernières productions, vous vous penchez sur l’industrie touristique et son impact sur les paysages. A Sarlat, pensez-vous y faire allusion ?

Julien Lombardi : Cet aspect me semble incontournable à Sarlat. L’impact du tourisme sur nos sociétés est extrêmement complexe et c’est un sujet à manipuler avec précaution. A mes yeux, il n’est plus question de se positionner vis à vis du tourisme, être pour ou contre ne fait pas sens, c’est une activité économique vitale avec laquelle on doit composer. Mais cela n’empêche pas d’observer ses effets et la manière dont les pratiques touristiques transforment profondément nos environnements. S’emparer artistiquement de ces problématiques m’apparaît tout à fait nécessaire.

Agence culturelle : Vous manifestez de l’intérêt pour ce qui est insondable, invisible. Comment cela se traduit-il dans votre démarche photographique ?

Julien Lombardi : Disons que j’apprécie particulièrement la contrainte d’inventer des solutions photographiques là où la photographie n’est, a priori, pas invitée. Réaliser des prises de vue n’est alors plus qu’une étape dans le processus créatif, elle peut devenir objet, être détournée, collectionnée ou sortir de son cadre. Paradoxalement, l’avantage de la photographie est qu’elle offre une infinité de moyens et de ressources pour évoquer ce qui n’est pas ou plus visible.

Rencontre avec Julien Lombardi : vendredi 28 avril à 18h à la Mairie de Sarlat (Salle du conseil municipal). Entrée libre.

Renseignements / service du patrimoine de Sarlat : 05 53 29 82 98

Partager

TwitterFacebook Périgord Occitan

Newsletter

Agence culturelle départementale Dordogne-Périgord, Espace culturel François Mitterrand, 2 place Hoche, 24000 Périgueux
tél. 05 53 06 40 00  -  Contacts email - Mentions légales - Connexion